La mendicité au coeur des débats

6 mai 2013 admin 0

Un projet de règlement proposant de supprimer le droit de demander l’aumône dans les rues de la Cité thermale a déchaîné les passions à l’Hôtel de Ville. Sans doute parce qu’elle implique de soupeser un certain nombre de valeurs fondamentales associées à la vie en société –respect de la liberté individuelle, maintien de la sécurité et de l’harmonie sur la voie publique, devoir de solidarité envers les plus démunis-, la thématique de la mendicité est un sujet brûlant, synonyme de débats nourris à tous les niveaux politiques, dans le canton de Vaud comme ailleurs dans le pays. La demande de l’UDC yverdonnoise d’adopter un article de loi l’interdisant sur le périmètre de la Cité thermale n’a pas dérogé à la règle. «La mendicité comme réponse à la pauvreté et à la misère est une idée du Moyen-Age.» Cette affirmation émise par le conseiller communal Roland Villard (UDC)au début de son intervention traduit la posture claire de son parti face à cette pratique. Perturbatrice de la tranquillité en ville, voire cause potentielle de débordements en raison de l’attitude, jugée agressive, des demandeurs d’aumône; subordonnée au risque d’exploitation de mineurs, de personnes âges ou invalides à la botte d’organisations mafieuses, la mendicité doit, selon la section yverdonnoise de l’UDC, disparaître des rues du chef-lieu nord-vaudois, une interdiction d’ailleurs déjà en vigueur dans certaines villes. Peu de réseaux? Porte-parole des Verts, Fanny Spichiger a exprimé le désaccord des siens face à cette prise de position, en se basant notamment sur l’exemple genevois, ville […]

L’interdiction de la mendicité rebondit à Yverdon-les-Bains

4 mai 2013 admin 0

L’UDC locale a tenté jeudi soir de faire voter au Conseil communal une prohibition de la mendicité dans la cité thermale. Une commission planchera sur ce thème. Alors que l’UDC Vaud récolte des signatures pour son initiative cantonale anti-mendicité, sa section yverdonnoise a pris les devants et tenté jeudi soir au Conseil communal de faire inscrire dans le règlement de police l’interdiction de tendre la main. Au terme d’un vif débat, le camp bourgeois a préféré soumettre cette demande à l’étude préalable d’une commission. La décision est donc reportée à plus tard. Comme ailleurs, ce sont bien les Roms que viserait indirectement l’interdiction, puisqu’ils sont les seuls à faire la manche à Yverdon. Selon le municipal de la police Jean-Daniel Carrard, la deuxième ville du Canton ne recense que cinq à six mendiants. «Pour l’instant», rajouterait l’UDC, qui redoute un afflux à venir: «Il faut leur donner un signal clair. Yverdon est-elle une ville ouverte ou fermée pour eux?» a lancé le conseiller communal Roland Villard. «On doit prendre en compte les interdictions décidées dans les autres villes du canton pour éviter le tourisme de la mendicité.» Verts et socialistes ont, eux, dénoncé une interdiction qui heurte leurs «valeurs profondes». Pour la gauche, cela mobilisera des policiers pour prononcer des amendes et envoyer en Roumanie des commandements de payer qui ne serviront qu’à allumer une cheminée, comme cela se passe à Genève. La question de la mendicité va peut-être trouver une réponse à l’échelle vaudoise. Outre l’initiative de l’UDC, une […]