L’interdiction de la mendicité rebondit à Yverdon-les-Bains

Non à l’intégrisme religieux!

Non à l’intégrisme religieux!

L’UDC locale a tenté jeudi soir de faire voter au Conseil communal une prohibition de la mendicité dans la cité thermale. Une commission planchera sur ce thème.

Alors que l’UDC Vaud récolte des signatures pour son initiative cantonale anti-mendicité, sa section yverdonnoise a pris les mendiantedevants et tenté jeudi soir au Conseil communal de faire inscrire dans le règlement de police l’interdiction de tendre la main. Au terme d’un vif débat, le camp bourgeois a préféré soumettre cette demande à l’étude préalable d’une commission. La décision est donc reportée à plus tard.

Comme ailleurs, ce sont bien les Roms que viserait indirectement l’interdiction, puisqu’ils sont les seuls à faire la manche à Yverdon. Selon le municipal de la police Jean-Daniel Carrard, la deuxième ville du Canton ne recense que cinq à six mendiants. «Pour l’instant», rajouterait l’UDC, qui redoute un afflux à venir: «Il faut leur donner un signal clair. Yverdon est-elle une ville ouverte ou fermée pour eux?» a lancé le conseiller communal Roland Villard. «On doit prendre en compte les interdictions décidées dans les autres villes du canton pour éviter le tourisme de la mendicité.» Verts et socialistes ont, eux, dénoncé une interdiction qui heurte leurs «valeurs profondes». Pour la gauche, cela mobilisera des policiers pour prononcer des amendes et envoyer en Roumanie des commandements de payer qui ne serviront qu’à allumer une cheminée, comme cela se passe à Genève.

La question de la mendicité va peut-être trouver une réponse à l’échelle vaudoise. Outre l’initiative de l’UDC, une commission du Grand Conseil planche sur la motion du député PLR Mathieu Blanc, qui vise une mendicité strictement encadrée tout en laissant aux communes la liberté de la prohiber.(24 heures)

Par Vincent Maendly
Mis à jour le 03.05.2013