Mobilité et transports

Plus de mobilité, moins d’embouteillages

La priorité doit être l’entretien du réseau routier cantonal qui se dégrade fortement, ainsi que la construction de routes de contournement des grandes agglomérations vaudoises afin désengorger les centres urbains du passage de transit.

Encourager les transports publics

Pour promouvoir le transport public, il est nécessaire de repenser globalement notre politique des transports, notamment celle en faveur des zones périphériques. Les compagnies d’autobus public, principalement dans les régionales, doivent assurer l’efficacité du service en travaillant de manière rationnelle avec le rail. Dans les zones urbaines, on doit mettre en place des systèmes Park & Ride, et offrir des navettes gratuites afin d’encourager la mobilité douce et soulager l’engorgement des rues de nos villes. Les frontaliers doivent être incités à prendre les transports publics.

  • L’UDC s’engage à adapter les infrastructures routières et ferroviaires afin de garantir une mobilité fluide partout dans le canton, notamment sur la ceinture autoroutière entre Chexbres et Morges et sur la ligne ferroviaire entre Genève et Lausanne.
  • L’UDC encourage le développement de l’offre de transports sur le Léman pour relier les principales villes du canton et ainsi détendre le trafic autoroutier et ferroviaire.
  • L’UDC estime qu’une flexibilisation des horaires de travail constitue une piste sérieuse permettant d’envisager une meilleure répartition des flux sur les axes routiers et ferroviaires.
  • L’UDC refuse d’opposer les transports publics et les voitures, il faut notamment renoncer à surtaxer les automobilistes (parkings, péages urbains, radars) sous prétexte de les décourager d’utiliser leur voiture.