Marché du travail

Ma volonté: Accorder la priorité de l’emploi aux « citoyens chômeurs » à qualifications égales ou en les re-qualifiant en fonction des besoins de l’économie, avec l’obligation d’engagement des résidents vaudois dans les administrations Cantonales et Communales.

Favoriser l’emploi

Le travail représente l’autonomie et l’auto-réalisation. La possibilité de se réaliser soi-même est le fondement d’un société saine. La lutte contre le chômage, particulièrement des jeunes et des plus de 50 ans doit être une priorité absolue. Le renforcement de la classe moyenne est au cœur de la politique que nous entendons mener.

Priorité aux résidants dans le canton

Notre priorité est de promouvoir l’emploi autochtones et de freiner le nombre croissant de frontaliers qui se poursuit en raison de la libre circulation des personnes avec l’UE. Lesfrontaliers sont les seuls bénéficiaires des nouveaux emplois créés dans le canton. Il faut favoriser l’engagement de travailleurs locaux ceci pour des raisons économiques et écologiques.

Une meilleure répartition des revenus

Le canton de Vaud vit avec l’invasion de milliers de frontaliers chaque jours. Cette politique induit des dégâts sociaux ne sont pas compensés par l’impôt à la source qui est perçu actuellement. J’exige une meilleure répartition de l’impôt et une augmentation de celui-ci pour les personnes résidants à l’étranger et  travaillant dans notre canton ainsi qu’une taxe spéciale pour compenser les coûts et les dégâts sociaux et écologiques induits par le travail frontalier.

Encourager l’emploi des jeunes et des plus de 55 ans

Les groupes les plus touchés par le chômage sont ceux qui sont formés par des jeunes âgés de 15 à 25 ans et les adultes de plus de 55 ans. Le canton doit améliorer le système pour aider les entreprises à inclure ces personnes dans le monde du travail.

Lutter contre le dumping salarialpouvoirdachat

Chaque jour, des milliers de frontaliers envahissent et perturbent le marché du travail dans le canton de Vaud. Les contrôles sont trop peu nombreux. La lutte contre le dumping salarial doit être une priorité. Il faut plus d’inspecteurs du travail pour surveiller la bonne application des accords bilatéraux de libre circulation ainsi que l’utilisation de travailleurs frontaliers.

 

  • L’UDC encourage la jeune génération à privilégier l’entrepreneuriat au système de salariat/assistanat et, par voie de conséquence, veut revaloriser la voie de l’apprentissage.
  • L’UDC exige que l’Etat emploie des résidentes et résidents vaudois en priorité. L’engagement de collaborateurs de l’Etat vivant à l’étranger doit demeurer une exception qui doit être justifiée.
  • L’UDC demande que le monde académique soit un lieu de recherche, d’innovation, d’excellence et ne se transforme pas en un lieu où les jeunes arrivent par défaut et qui tend à baisser les niveaux d’exigences pourtant indispensables pour la crédibilité des études académiques.